• Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour


     

     

    Jeudi 3 octobre, 5 h du matin : départ en car pour Bargteheide que nous atteindrons vers 20h.
    Une circulation dense mais sans camions car le 3 octobre est férié dans toute l'Allemagne : c'est le jour de l'unité allemande, jour de la réunification de 1990.

     

     

    Nous étions attendus à  l'Hôtel de Ville pour le verre de l'amitié et la répartition dans les familles.

     

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

     Les activités du vendredi étaient à l'initiative des familles et le samedi une cérémonie nous a réunis pour célébrer, cette fois à Bargteheide, nos cinquante ans d'union. Le soir, repas et  soirée dansante au Kupfermühle pour clore cette belle journée.
     

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

     

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

     

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

     

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

    Cinquante ans de jumelage avec Bargteheide : le retour

    Dimanche sortie en commun près de Kiel, au marché d'automne du Musée en plein air de MOLSEE et à LABOE où nous pouvions visiter le monument en hommage aux marins de tous les pays, au sommet duquel se découvre une magnifique vue sur la Baltique. La visite d'un sous marin était aussi possible. On pouvait aussi tout simplement flâner le long de la plage.

    Passez d'une photo à l'autre en agissant sur les flèches situées en bas à gauche de la visionneuse 

     Pour un meilleur confort utilisez le mode plein écran :

    Au village des associations de Déville

     en haut à droite de la visionneuse
    Touche "échap" pour ressortir du plein écran.

     Photos Jean-Pierre Salaün